Principalement utilisés dans le cadre d’un traitement de plaies exsudatives (ulcère veineux, brûlure…) les pansements hydrocellulaires sont notamment plébiscités par les professionnels de la santé pour leur capacité à conserver l’humidité tout en évitant la macération. Vous souhaitez en savoir plus ? Nous vous indiquons tout ce qu’il y a à connaitre sur ce type de pansements, leur fonctionnement ainsi que leurs avantages. Nous vous présentons également d’autres types de pansements ainsi que la gamme Elastoplast.

Quel est le fonctionnement d’un pansement ?

Le pansement représente un dispositif médical clé au sein des soins infirmiers. On l’utilise pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d’une plaie. Tous les pansements, du pansement primaire au pansement secondaire, sont destinés à maintenir un niveau d’humidité du milieu suffisant et contrôlé pour la cicatrisation, et ce, sans provoquer de macération.

 

Désormais, ils sont conçus pour favoriser la cicatrisation en milieu humide et il n’est donc plus forcément obligatoire de changer un pansement quotidiennement, leur fabrication ayant été pensée pour réguler l’humidité.

Haut de page

Comment bien choisir son pansement ?

Pour choisir un pansement, un professionnel de santé va notamment se baser sur :

 

·       Le type de traitement privilégié : chirurgical ou conservateur ;

·       La nature de la plaie : plaie traumatique, post-chirurgicale ou chronique ;

·       La localisation, la profondeur et l’état du pourtour de la plaie ;

·       Le stade de cicatrisation et la durée d’évolution.

Haut de page

Que sont les plaies exsudatives ?

L’exsudat représente un terme générique permettant de désigner les fluides produits par des plaies aiguës ou chroniques. En résumé, il s’agit d’un liquide suintant des vaisseaux sanguins pendant la phase inflammatoire.

 

Cet exsudat dispose d’une composition très proche de celle du plasma sanguin. Il contient ainsi de l’eau, mais aussi des protéines, des électrolytes, des leucocytes et des déchets, entre autres. À savoir, sa composition varie au cours de l’évolution de la plaie. Cet exsudat aide notamment à la cicatrisation en prévenant le dessèchement du lit de la plaie et en favorisant la migration des cellules réparatrices.

Haut de page

Comment fonctionne un pansement hydrocellulaire ?

Parmi les pansements experts, on trouve le pansement hydrocellulaire. Celui-ci est notamment recommandé lors de plaies cutanées suintantes. La raison ? Ce type de pansement est associé à une très grande capacité d’absorption. Certains sont d’ailleurs pourvus d’une capacité d’absorption particulièrement importante grâce à leur couche hydrophile.
 
Les pansements hydrocellulaires représentent donc une solution de drainage modulable des exsudats, parfaite pour favoriser la cicatrisation dans des conditions idéales. Résistants, ils permettent également les échanges gazeux, tout en demeurant imperméables aux souches bactériennes et en maintenant une température stable proche de 37 °C.

Les pansements adhésifs de ce type sont dotés d'une couche extérieure dont la surface adhésive dépasse celle de la partie absorbante, ce qui favorise son maintien sur la zone nécessitant un traitement. La version non adhésive demande quant à elle l'ajout d'un système de fixation. Ainsi, dans le cas d’une utilisation comme pansement primaire, un pansement secondaire peut être nécessaire pour la fixation si l’hydrocellulaire n’est pas déjà muni d’un adhésif. La pose se fait en dépassant de quelques centimètres autour de la plaie.
Haut de page

De quoi est constitué un pansement hydrocellulaire ?

Il est composé de trois couches différentes que sont :

 

·       La couche interne : c’est une zone de transfert non adhérente directement en contact avec les exsudats. Elle est en général constituée d’une face micro perforée en polyuréthane ou en silicone.

 

·       La couche centrale : c’est la couche absorbante qui permet de capter et de retenir les exsudats. Sa composition est à base de mousse de polyuréthane hydrophile.

 

·       La couche externe : elle est composée d’un film de polyuréthane semi-occlusif, c’est-à-dire perméable à l’air et à la vapeur d’eau. Il est néanmoins imperméable à l’eau et forme une barrière antibactérienne.

 

À savoir : la mousse gonfle dès qu’elle est en contact avec l’exsudat afin de créer une sorte de coussin qui évite de faire pression sur la peau.

Haut de page

Quand utilise-t-on des pansements hydrocellulaires ?

Pansement technique, on le trouve sous une forme adhésive ou non adhésive, adaptée au remplissage des plaies cavitaires (dont les berges descendent dans le lit de la plaie) et sous une forme anatomique. Il est utilisé de manière régulière dans la prise en charge des plaies chroniques.

 

L’exsudat, proche de la formulation du plasma sanguin, est secrété par les plaies, sous la forme d’un liquide physiologique de couleur transparente. C’est sur ce liquide que les pansements hydrocellulaires sont efficaces. En effet, grâce à leur superposition de couches, ils sont en mesure d’absorber l’exsudat en excès, tout en contribuant à un milieu favorable à la cicatrisation.

Haut de page

Quel type de plaies est concerné par l’utilisation de pansements hydrocellulaires ?

Le pansement hydrocellulaire est surtout utilisé dans la prise en charge de plaies modérément ou fortement exsudatives, chroniques ou aiguës, et ce, pendant les phases allant du bourgeonnement (étape préliminaire à la reconstitution du tissu abîmé) à l’épidermisation : escarres, brûlures, ulcères… Le but ? Réduire le risque de macération en absorbant l’excès d’exsudat, tout en limitant la quantité de liquide au niveau de la plaie.

 

Les plaies concernées sont, par exemple : des plaies aiguës, des plaies chroniques en phase de bourgeonnement en traitement séquentiel, des plaies très exsudatives (superficielles ou profondes)

 

À savoir : les pansements hydrocellulaires sont contre-indiqués dans le cadre d’une plaie sèche, faiblement suintante ou déjà infectée. Il demeure également important de ne pas appliquer d’agents oxydants tels que de l’eau oxygénée ou du Dakin.

Haut de page

Quels sont les avantages des pansements hydrocellulaires ?

Les pansements hydrocellulaires sont associés à différents avantages qui font d’eux des références privilégiées par les professionnels :

 

·       Ils maintiennent un milieu humide favorable à la cicatrisation, en limitant la création d'un effet de macération ;

 

·       Ils sont en mesure d’absorber et de retenir les exsudats en limitant la fuite du liquide du pansement ;

 

·       Ils sont compatibles avec d’autres types de pansements ;

 

·       Le risque de délitement est limité.

 

·       Le retrait de ce type de pansement est non traumatique et indolore dans le cadre des références avec interface microadhérente.

Haut de page

Comment appliquer un pansement hydrocellulaire ?

·       Découpez une plaque de pansement hydrocellulaire à 3 cm des berges de la plaie ;

·       Appliquez le pansement sur la plaie ;

·       Assurez l’étanchéité par un pansement secondaire si votre premier pansement n’est pas adhésif ;

·       Une auréole centrale peut se former : il faut alors changer le pansement si cette auréole arrive à saturation, jusqu’au bord du pansement. La fréquence de renouvellement varie de 2 à 3 jours selon la quantité d’exsudats produite.

Haut de page

Dans quels cas utiliser d’autres types de pansements ?

·       Les pansements hydrocolloïdes : assez proches des pansements hydrocellulaires, ils sont composés de carboxy-méthylcellulose sodique (E466). On les trouve sous plusieurs formes : épaisse, bordée ou fine. Au contact des liquides suintants, les hydrocolloïdes forment un gel qui irrigue continuellement la plaie en créant un milieu humide favorable à la cicatrisation.

 

·       Les pansements au charbon : composés de tricot de charbon imprégnés ou non d’ions argentiques dans le but de limiter la prolifération bactérienne et les odeurs, ils sont peu absorbants et doivent être complétés d’un pansement secondaire afin d’assurer une bonne absorption.

 

·       Les pansements hydrogels : composés de 80 % d’eau gélifiée, ils sont destinés aux plaies sèches et nécrotiques (nécrosées). Humidifiants, ils permettent une cicatrisation en milieu humide même si la plaie n’est pas exsudative et assurent une bonne hydratation.

 

·       Les pansements hydrofibres : pansements secs, à haute capacité d’absorption, ils sont constitués de 100 % de fibres non tissées de carboxyméthylcellulose. Ils ont pour but de maintenir la plaie dans des conditions propices à la cicatrisation. À savoir, les hydrofibres peuvent absorber jusqu’à 30 fois leur poids et reste en place pendant 7 jours.

 

·       Les pansements alginates : les alginates sont des extraits d’algues brunes très absorbants, aux capacités hémostatiques (pouvant arrêter l’écoulement du sang). Ils forment un gel visqueux et humide au contact des exsudats, qui irrigue la plaie dans un milieu idéal pour la cicatrisation.

Haut de page

Quels sont les types de pansements proposés par Elastoplast ?

Elastoplast vous propose différents types de pansements adaptés aux besoins de toute la famille.
 
Au sein des pansements experts, vous retrouvez notamment des références adaptées à une cicatrisation rapide, des pansements sensibles, waterproof ou encore des pansements spécifiquement pensés pour les coupures et brûlures au niveau des doigts, entre autres.
 
Les plus petits ne sont pas oubliés, avec des pansements enfants spécialement conçus pour eux, sur les thématiques des princesses Disney, de La Reine des Neiges ou de Marvel, par exemple.
Haut de page